get started
get started

Top 5 des tendances du eCommerce post-confinement 2021

1/ L’importance des réseaux sociaux pour 2021

Déjà au cœur des stratégies marketing, les réseaux sociaux deviennent progressivement un canal incontournable pour l’e-commerce en 2021. Cet attrait pour les réseaux se retrouve dans l’apparitions de termes comme « Social Selling » ou « Social commerce », ce dernier désignant le fait d’utiliser les réseaux sociaux comme canal de vente.  On estime par ailleurs que 54% des consommateurs utilisent les réseaux sociaux pour trouver des produits.  

Il est donc primordial d’établir une stratégie sur vos réseaux, de produire du contenu régulier et massif et surtout de permettre aux clients d’acheter directement sur ces outils.  Des solutions existent déjà pour vous accompagner dans cette voie ; Shopify a élargi son système de paiement à Instagram et Facebook et a même noué un nouveau partenariat avec TikTok pour permettre aux clients d’acheter à même l’application sans avoir besoin d’en sortir.

Tous les réseaux surfent donc sur la vague d’expansion de l’e-commerce et investissent dans cette direction, pour en savoir plus consultez notre article sur le sujet.

2/ eCommerce responsable : ReCommerce et commerce « éthique » prospèrent

  • Intérêt pour le ReCommerce

Le ReCommerce, qui correspond à l’activité revente ou échange, gagne du terrain depuis maintenant plusieurs années ; Prestashop et Payplug qui se sont intéressés aux tendances e-commerce de 2021 estiment que le marché en ligne de l’occasion pourrait croitre de 42% en 2021. Cette tendance est en grande partie portée par les 18-29 ans qui accordent une importance toute particulière à leur impact environnemental et qui sont prêts à consommer des produits de seconde main plutôt que des produits neufs à l’empreinte carbone élevée ou aux conditions de fabrication parfois douteuses.

À titre d’exemple, une marque de vêtements comme Nordstrom a ouvert un magasin constitué de produits retournés par ses clients. D’autres cherchent aussi à lutter contre le gaspillage comme Hermès qui, avec « Petit H », crée des articles en réutilisant ses chutes de matériaux.  

  • Commerce éthique

De manière générale, pour 2021, les consommateurs sont plus aptes à privilégier des marques éthiques et transparentes sur leur impact aussi bien environnemental que social. Les clients disposent ainsi de la possibilité d'exprimer leurs convictions avec leur porte-monnaie, les engagements de l’entreprise comptent désormais tout autant que les produits en eux-mêmes.

Cette pression, qui provient des consommateurs qui cherchent à s’exprimer à travers leur portefeuille, risque de contraindre les marques à adopter des comportements responsables sur le long terme, ce qui aura des incidences sur le e-commerce (à savoir plus de traçabilité sur l'origine du produit, peut-être une attention particulière à la distance de livraison, la mise en avant des label sur les sites internets, une communication centrée sur ces enjeux sur les réseaux sociaux ...).

3/ Des expériences innovantes : 3D, Réalité Augmentée

L’expérience client est désormais au cœur des préoccupations des boutiques d’e-commerce, recréer l'expérience physique du magasin devient évident et le e-merchandising se développe dans ce sens . Proposer une expérience innovante qui marquera les esprits ou qui apportera une réelle plus-value sera un bon moyen d’augmenter votre taux de conversion. En simple, plus votre interface/expérience utilisateur sera de qualité, meilleur sera votre taux de conversion.

L’année 2021 bénéficie de nouvelles technologies qui ont le vent en poupe et qui pourraient s’avérer utiles pour améliorer votre e-merchandising :

  • La réalité augmentée, apporter la boutique chez soi

Cette technologie permet de créer des expériences immersives et de compenser le fait de ne pas être dans une boutique physique. Pouvoir visualiser le produit « en vrai » rassure le consommateur, qui ne pourra qu’apprécier la possibilité de donner vie au produit

L’Oréal a déjà mis en place la possibilité d’essayer du maquillage en Réalité Augmentée (RA) mais de nombreuses utilisations différentes existent : placer un meuble dans son appartement, essayer une montre, créer du contenu publicitaire... Shopify, par exemple, (encore lui) a développé la possibilité d’intégrer la RA sur son outil.

  • Du contenu à base de 3D

La 3D a gagné en importance elle aussi ces dernières années. Notamment car cette technologie possède des usages tout aussi variés qu’utiles. Les modèles 3D, totalement personnalisables (couleur, matière etc.), permettent d’abord de réaliser des visuels de haute qualité qui seront utilisables sur votre site internet mais aussi exploitables pour vos réseaux sociaux (qui nous l’avons vu occupent un rôle prépondérant), vous permettant ainsi de produire un contenu massif à moindre coût et de mettre en place une stratégie de communication. En cela, la 3D rivalise aujourd’hui avec les photos traditionnelles des produits.

Vous avez aussi la possibilité d’intégrer de la 3D interactive sur votre site pour une expérience utilisateur innovante. Apporter de l’interaction est plus engageant pour le consommateur, voir le produit sous tous les angles, pouvoir faire varier les matières et/ou les couleurs permet, au même titre que la réalité augmentée, de réduire la barrière entre e-commerce et boutique physique. Sans oublier que moins de surprise à la réception du produit équivaut à un taux de retour plus faible.

Vous pouvez en voir différents exemples sur notre eCommerce de démo, le Naker.Shop!

4/ La barrière entre physique et online s’estompe :

Les deux canaux de distribution (boutique physique et e-commerce) ne sont plus aussi antagoniques que par le passé. À l’opposition habituelle, on voit se substituer depuis quelques temps une complémentarité qui risque bien de se prolonger voir de s’accroitre fortement pour 2021. Et à vrai dire, le confinement qui limite les déplacements y est pour quelque chose ..

On remarque que les commerçants ne se limitent plus à l’un ou à l’autre. Des boutiques originellement physiques passent online et vice versa. Il n’est plus rare que des e-commerçants aient recours à des pop-up stores pour affirmer leur présence physique. Cette tendance permet de renouer avec la présence physique traditionnelle et d’apporter parfois plus de proximité avec le consommateur.

Sans mentionner l’essor de solutions à cheval entre physique et virtuel comme le click-and-collect qui a connu un boom invraisemblable avec la pandémie de COVID-19, que ce soit auprès de commerçants locaux ou de grandes enseignes.

En résumé, on est sûr d’une chose pour 2021, c’est qu’il sera de plus en plus courant que les commerces, quel que soit leur canal de distribution originel, se mettent à jongler entre physique et virtuel.

5/ La marketplace (ou place de marché)

Tout d’abord, et de manière assez simplifiée, une marketplace correspond à un site de e-commerce regroupant de multiples vendeurs. Selon le rapport de la Fevad, au deuxième trimestre 2020 les marketplaces ont vu leur chiffre d’affaire augmenter de 50% par rapport au deuxième trimestre de l’année précédente et cette tendance semble bien s’intensifier pour 2021 et les années à venir. On remarque que des grandes entreprises ont déjà bien investi ce marché (8/10 des premiers sites de e-commerce selon le classement de E-Commerce Nation en 2020 en France sont des marketplaces).

Il faut noter que les PME et TPE ont aussi rejoint le mouvement avec des initiatives souvent locales encore une fois pour réagir face à la pandémie. Utiliser ce type de plateforme a permis à des boutiques contraintes de fermer de maintenir une activité commerciale. Ces plateformes devraient connaitre un succès d’autant plus grand en 2021 que, comme nous l’avons vu plus haut, les consommateurs cherchent à soutenir des initiatives qui ont du sens et soutenir les producteurs/commerçants locaux va dans cette voie-là. L’attrait des commerçants pour les places de marché se comprend facilement, ces dernières ont pour avantage de permettre d’accéder à l’e-commerce aujourd’hui incontournable tout en limitant les coûts (pas besoin de créer son site, de gérer la logistique …). Mais notons cependant un dernier point, la création de contenu produit reste à la charge de la marque. Or, pour se démarquer sur ce type de plateforme, les visuels sont cruciaux. Donc, même si les coûts d'accès à l'eCommerce sont réduits par la place de marché, certaines dépenses restent indispensables.

Conclusion :

En résumé, voici les 5 grandes tendances qui semblent déjà se dessiner pour la fin de ce confinement 2021  : les réseaux sociaux, l’e-commerce éthique, les expériences innovantes, l’interconnexion entre boutique physiques et virtuelles et enfin les marketplaces. Si on peut faire un pari, c’est que ces tendances ne semblent pas être des effets de mode destinés à disparaitre dans un futur proche mais plutôt des changements voués à modifier le visage de l’e-commerce sur le long terme. Nouveau visage dans lequel l'e-merchandising tient une place maitresse poour garantir une expérience client fluide, engageante et efficace peu importe le canal.

                       

Sources :

https://www.codeur.com/blog/tendances-ecommerce-2021/

https://www.ecommerce-nation.fr/tendances-ecommerce/

https://www.blogdumoderateur.com/tendances-e-commerce-2021/

https://comarketing-news.fr/e-commerce-7-tendances-a-suivre-de-pres-en-2021/

https://www.fevad.com/bilan-du-e-commerce-au-2eme-trimestre-259-milliards-deuros-de-chiffre-daffaires-en-hausse-de-53